L’endométriose

Ces dernières années, l’endométriose est sortie de l’ombre. On en parle dans les médias, sur les réseaux sociaux et pourtant, on constate encore une trop grande méconnaissance de cette maladie chronique. Outre la méconnaissance de la maladie chez les femmes, l’entourage, les conjoints et même les médecins, c’est une lacune assez générale du sexe et du corps féminin qui est constatée.

S’informer sur l’endométriose, c’est mieux connaitre la maladie, mieux la gérer, mais c’est avant tout mieux connaitre son corps et son fonctionnement. 

L’endométriose
une maladie féminine

Aujourd’hui, l’endométriose touche plus d’une femme sur 10 et est la première cause d’infertilité dans le monde.

Elle touche à l’intime mais aussi à chaque partie de la vie de la femme. Elle peut être extrêmement invalidante, comme asymptomatique. A l’image des femmes, l’endométriose se présente différemment selon chaque cas.

Si pour certaines la maladie peut faire peur, si elle peut inquiéter ou parfois soulager après un long parcours médical, elle ne cesse de poser questions. Malheureusement, beaucoup d’entre elles sont encore sans réponses. Mais tentons de faire le tri dans la débacle d’informations.

Et parce que mieux connaitre la maladie, c’est mieux l’appréhender et mieux la gérer, parcourons cette maladie qui a élu domicile dans le corps de trop nombreuses femmes.

endométriose une maladie de règles

L’endométriose, une maladie de règle ?

Les règles sont naturelles, la douleur pas ! 

De la puberté à la ménopause, les règles occupent une place importante dans la vie des femmes. Elles sont naturelles et sont un signe de vitalité !

En effet, chaque mois, l’endomètre (la muqueuse qui tapisse l’utérus) s’épaissit pour accueillir une éventuelle grossesse. S’il n’y a pas de grossesse, alors, l’endomètre s’évacue sous formes de règles.

Les règles rythment la vie des femmes, alors, lorsqu’il y a un problème de cycle, que les douleurs deviennent trop fortes ou même qu’elles disparaissent, cela peut vite inquiéter.

L’endométriose : les règles au mauvais rendez-vous

L’endométriose est une maladie gynécologique chronique. Elle est liée à la présence de tissu semblable à l’endomètre en dehors de sa place d’origine, l’utérus.

Les cellules de l’endomètre qui ne se trouvent pas à leur place continuent de suivre le cycle et se mettent à saigner lors des règles. Le corps va alors réagir à ce phénomène inhabituel et tenter de rétablir la situation. Mais chez certaines femmes, le corps n’y parvient pas. L’endométriose s’installe. 

Une fois l’endométriose installée, les cellules ne vont cesser de saigner chaque mois. Le corps va alors lancer le système immunitaire pour gérer la situation, sans jamais y arriver. La réponse du corps est l’inflammation (comme lorsque l’on a une écharde dans le doigt, par exemple), avec les années, ces réactions peuvent créer des cicatrices sous formes de lésions, adhérences ou encore kystes qui ne vont qu’empirer toujours plus la situation.

Un véritable champs de bataille qui se produit dans le corps d’une femme sur 10 en Belgique !

Le diagnostic de l’endométriose

« Il y a des mois, on l’on se passerait bien d’être une femme ! ». Une phrase que l’on peut souvent s’entendre dire entre filles. Les règles, ce n’est pas toujours une partie de plaisir. Cela fait mal.

Le corps nous envoie constamment des petits ou grands messages pour exprimer son bien-être ou son mal-être. Il faut aussi se sentir vivre, se sentir en vie.

endométriose faire le diagnostic

Mais comment faire la différence entre des règles douloureuses et l’endométriose ? Quand consulter ? 

Etre une femme, avec tous les désagréments que cela comprend implique d’être à l’écoute de soi, de son corps.

Si les douleurs de règles sont trop invalidantes, que vous restez en boule dans votre lit, si les douleurs de règles changent, si les symptômes sont cycliques et reviennent avec une intensité toujours plus forte, alors il sera temps de consulter votre gynécologue pour vérifier la santé de votre appareil reproducteur.

Ainsi des examens pourront être mis en place pour déterminer si oui ou non vous êtes atteinte d’endométriose.

Comment soigner l’endométriose ?

A l’heure actuelle, on ne peut guérir de l’endométriose. Mais il existe des traitements pour endormir et/ou atténuer les douleurs. 

Pour aider les femmes atteintes d’endométriose, plusieurs solutions existent :

  • Les solutions hormonales : en arrêtant la venue des règles, cela calme la réaction inflammatoire et réduit la propagation de l’endométriose. Cela peut se faire par une prise de pilule en continu ou par la mise un place d’un dispositif intra-utérin ou stérilet.
  • Dans la gestion des douleurs, plusieurs solutions douces peuvent également aider comme l’ostéopathie, la kinésithérapie, le sport, l’alimentation, la sophrologie,… Ces solutions naturelles vont permettre d’aider dans la gestion de la douleur et sur la réaction inflammatoire du corps.
  • Enfin, lorsque ces solutions ne sont plus suffisantes, alors la chirurgie pourra être abordée. Celle-ci aura pour objectif d’enlever les lésions, les kystes et autre adhérences dans le corps.

Une maladie comme l’endométriose impacte les organes, l’intimité, mais également bien d’autres aspects de la vie. Il est important de connaitre les différentes solutions qui se présentent à vous pour faire ses choix en se respectant soi et son corps. 

Parce que les hormones ne conviennent pas toujours à toutes les femmes, parce qu’il faut faire des essais, parce que d’autres préféreront des approches plus naturelles et d’autres plus holistiques, il ne faut pas hésiter à parler à votre médecin, gynécologue ou spécialiste de votre ressenti, de ce qui fonctionne ou non et de ce que vous désirez. 

Pourquoi moi ?

La vie dure aux idées reçues

Lorsque l’on grandit et que le moment des règles arrive, les mamans, les grands-mères et les soeurs préviennent la jeune femme en devenir : « les règles, ça fait mal ! » 

Si les règles sont naturelles et peuvent provoquer des douleurs, elles ne peuvent pas faire souffrir une femme en continu plus de 24h, ou devenir de plus en plus douloureuses.

A l’heure actuelle, la recherche n’est pas arrêtée sur l’origine de l’endométriose. On ne peut ni la guérir, ni la prévenir. Il n’existe pas d’examen simple et facile pour la diagnostiquer.

Mais, parler haut et fort de la maladie et des problèmes féminins pour sensibiliser, informer, mieux comprendre son corps permet de poursuivre le combat et la recherche.

Partager l’endométriose et vivre avec

Etre atteinte d’une maladie qui ne touche que les femmes, et qu’une sur 10, que personne ne comprend réellement, une maladie qui a très longtemps placée les femmes dans la catégorie d’hystériques, peut être très dur. Il est naturel de se sentir seule et parfois abandonnée face à cette maladie.

Pour certaines femmes, arriver à mettre des mots sur leurs symptômes, leurs douleurs, les aideront à se sentir mieux. D’autres apprécieront partager leur histoire, leur parcours.

Si l’acceptation de la maladie peut prendre du temps, l’information et le partage vous aidera à mieux la vivre, jour après jour !

L’endométriose, c’est un peu un coup de malchance, un mauvais tirage à la loterie de la génétique. Mais tentons de mieux cohabiter et d’en tirer une meilleure connaissance de nos corps.

« Pour être fière de son sexe, fière d’être une femme,
il faut avant tout le connaitre et se connaitre »  

Pour mieux connaitre l’endométriose…